codage algorithme de robo advisor sur ordinateur

Les robo-advisors, ces fintech qui explosent les rendements

À leur entrée sur le marché, ces fintech étaient loin de convaincre. Comme beaucoup de nouveautés automatisées, il faut souvent un temps d’expérimentation et d’acclimatation pour qu’un nouveau système conforte sa place. Pourtant, à l’heure actuelle, les placements en bourse sont à 80 % réalisés par des robots. C’est donc progressivement que le robo-advisor s’est intégré aux habitudes des investisseurs. Pourquoi ces fintech ont-elles fini par convaincre les épargnants ? Lire la suite

Virus sur les marchés financiers

La menace du variant Delta plane sur les marchés boursiers

Les principaux marchés boursiers asiatiques, européens et américains ont connu une baisse significative de leurs indices dès le lundi. Une légère hausse puis une stabilisation ont ensuite été remarquées vers la fin de la semaine. Dans la globalité, on attribue cette instabilité à la menace variante Delta. Celle-ci est une source d’incertitude permanente à tous les niveaux, rendant difficile le trading des actions, des indices et des matières pour les investisseurs.

Baisse générale sur la plupart des marchés boursiers dès lundi

Après plusieurs semaines plutôt tranquilles marquées par une tendance générale à la hausse, les marchés boursiers ont vécu une semaine assez agitée. Dès le matin du 19 juillet 2021, la plupart des principaux boursiers affichaient une tendance à la baisse d’environ 2 %. D’après les observateurs, le spectre du variant Delta et les spéculations liées aux décisions résultant d’un éventuel regain de forme du virus en sont les causes.

Si trader les actions ainsi que les autres produits est alors difficile, certaines plateformes rassurent toutefois sur de très bons investissements à réaliser. Avec de l’expérience, un regard avisé et une connaissance subtile du marché, la baisse générale devrait ainsi pouvoir être temporisée.

Le marché européen, loin de redonner de l’optimisme

Alors que la vaccination, intensifiée dans de nombreux pays européens, donnait des espoirs de stabilisation économique, l’arrivée du variant Delta a pourtant secoué la situation. Si début juillet 2021, 80 % des 520 gestionnaires interrogés par Bank of America espéraient une amélioration sur le marché européenne, il a suffi d’un mois pour que la tendance ne s’effondre.

En août 2021, seuls 44 % d’entre eux ont une vision positive. Les marchés s’enfoncent ainsi dans une crise de pessimisme, comme définit par certains spécialistes des actions européennes. Le processus vaccinal, en effet, semble trop lent pour encourager réellement les investisseurs à parier sur l’économie européenne.

Le poids du variant Delta sur l’économie globale

La progression rapide, presque affolante, du variant Delta, n’a pas aidé à convaincre les plus frileux d’entre eux. Ce dernier semble en effet se propager plus que jamais aux États-Unis et en Chine. Cela, alors que la situation financière d’un gros actionnaire est déjà instable sur le marché chinois.

Le variant Delta vient ainsi enfoncer le clou, n’encourageant pas les investissements. Le ralentissement de l’économie chinoise serait un coup dur pour le monde du trading, les risques se répercutant facilement sur l’ensemble des finances mondiales.

Des mesures opposées qui confirment les incertitudes

Les fortes variations rencontrées au niveau des marchés boursiers reflètent l’incertitude qui prévaut auprès des différents acteurs de l’économie mondiale. L’opinion est d’autant plus agitée lorsque les États prennent des décisions diamétralement opposées. Lorsque la France adopte par exemple une loi qui renforce les campagnes de vaccination, l’Angleterre supprime la plupart des restrictions liées à la pandémie.

Cette décision du pays anglophone tend d’ailleurs à inquiéter fortement les investisseurs, au vu des chiffres grandissants de contaminations en son sein. La Chine, par exemple, confrontée fortement au Delta, a plutôt préféré opter pour une remise en place de restrictions strictes. Dans l’espoir, bien sûr, d’endiguer la prolifération des cas afin de stabiliser son marché secoué.

Le secteur touristique, parmi les plus touchés

Parmi les mesures mises en place par la Chine, on compte d’ailleurs de nombreuses restrictions liées aux déplacements. Les compagnies aériennes, en conséquences, ont réduit de 32 % les sièges mis en vente en direction de la Chine. Sans surprise, l’impact est fort sur le secteur touristique, déjà difficilement sorti de cette situation sanitaire.

Le domaine touristique reste en effet pessimiste si on se réfère à la tendance à la baisse qu’ont connu les acteurs majeurs du secteur. Les principales compagnies aériennes européennes et les groupes hôteliers en tête, la baisse générale enregistrée était d’environ 4%.

D’autres événements qui ont influencé les marchés

La chute des marchés boursiers peut aussi être expliquée par d’autres événements. Les pays de l’OPEP ont par exemple décidé d’augmenter leur production alors qu’une éventuelle progression de la pandémie ferait baisser la consommation mondiale. Le baril a de ce fait affiché une tendance à la baisse d’environ 3% sur tous les marchés. Les compagnies pétrolières ont aussi été impactées d’au moins 2%.

Des améliorations enregistrées vers la fin de la semaine

Comme souvent, la situation s’est quand même améliorée vers la fin de la semaine. Le CAC 40 a par exemple retrouvé les 6460 points vendredi dernier et a même clôturé sa semaine avec 6568 points. Cette tendance haussière a été commune pour la plupart des acteurs, même si certains n’ont pas retrouvé leurs valeurs de la semaine d’avant. C’est toutefois un schéma habituel des marchés financiers, à qui la crise sanitaire peut tant être bénéfique que mener à la faillite.

Les plus attentifs des traders sauront, de toute façon, identifier les actions capables de ressortir gagnantes de cette situation. Certains groupes en ont déjà faits leurs preuves, après tout, au printemps dernier. La situation des marchés financiers continuera dans tous les cas d’être une source de pessimisme et d’hésitations pour les actionnaires, tant que la crise sanitaire ne semble pas vouloir se stabiliser.

bourse ordinateur téléphone

Place boursière : plusieurs indicateurs financiers attirent l’attention des courtiers

Le marché du courtage, que ce soit pour le trading et dans d’autres domaines, voit sa popularité monter au fil des années. Avec le digital qui prend de plus en plus de place, les courtiers ont dû s’adapter aux nouveaux outils numériques pour développer leur activité d’expertise et de conseil. Voici plusieurs éclairages sur les dernières tendances boursières. Lire la suite

Jeune trader

Arnaque aux formations de trading : les jeunes sont pris pour cible

Il existe des arnaques à la formation dans tous les domaines d’activité. Durant 2020, de nombreux particuliers et plus particulièrement les jeunes, se sont passionnés pour le trading. Les arnaqueurs ont flairé ce nouvel engouement. Pendant l’été 2020, les premières arnaques aux formations de trading sont apparues. Souvent appâtés par l’envie de gagner de l’argent rapidement, les jeunes particuliers vont tomber dans le piège et accepter de payer une formation à un prix exorbitant. L’AMF souhaite prévenir les jeunes et les moins jeunes de ce nouveau danger.

Lire la suite

Bourse traders

Bourse 2021 : Barclays dresse une liste d’actions à acheter et à éviter

L’année 2020 aura été marquée par de multiples changements dans le milieu de la Bourse. Influencés par l’évolution des tendances macroéconomiques, les traders ont dû s’accrocher pour déceler les actions à suivre et à éviter sur les marchés boursiers. Impacté par l’épidémie de Coronavirus, le monde de la Bourse fait partie des secteurs qui ont subi de nombreux changements depuis mars dernier. L’année 2021 démarre de plus bel pour les Bourses européennes. De nouvelles valeurs sont en train d’évoluer à vitesse grand V sur les marchés boursiers. Lire la suite

Pièces d'or protégées par une parapluie rouge

Placement d’argent en 2021 : les Français cherchent la sécurité

L’année 2020 a été une année très particulière, une année où les Français n’ont pas pu dépenser leur argent dans des loisirs, des restaurants, des voyages… Leur choix fut donc d’épargner. 130 milliards d’euros, voilà le montant supplémentaire épargné par les Français en 2020, si on compare avec l’année 2019. 2021 est une année qui commence avec beaucoup d’appréhension et un peu d’espoir. Le monde va-t-il un jour sortir de cette crise sanitaire ? En attendant, la population française préfère jouer la sécurité et réaliser des placements peu risqués.

Lire la suite

Bourse coronavirus

2021 : les placements financiers à suivre avant de débuter dans le trading

Tandis que les plateformes de trading se sont démocratisées de manière exponentielle auprès des traders débutants lors des deux confinements, les placements financiers ont aussi bien évolué. À l’heure où des tendances macroéconomiques se forment dans le monde entier, de nouveaux indicateurs financiers se développent à vitesse grand V. Si les traders débutants sont de plus en plus nombreux à se lancer dans la bourse en ligne depuis leur domicile, il est essentiel de s’informer sur les placements financiers à privilégier avant de se lancer. Lire la suite

Pétrole

Bourse : selon BP, le cours du pétrole ne remontra jamais

C’est une grande première dans l’histoire de l’or noir. Un acteur majeur de la production de pétrole, le Britannique BP, a publiquement admis son défaitisme. Selon lui, le cours du pétrole ne se remettra jamais de l’impact de la crise sanitaire et économique. Le monde change et les énergies fossiles entament une lente chute qui les mènera à la disparition. Quelles conséquences sur l’économie mondiale et la bourse ? Lire la suite

Chariot miniature avec des articles dedans

GAFAM : quelles actions ressortent gagnantes de la crise du Covid-19 ?

La pandémie de coronavirus a mis en évidence notre dépendance aux géants du numérique lorsqu’il s’agit de garder le contact avec sa famille, commander à manger, travailler à la maison, etc. La plupart des entreprises considérées comme “Big tech” ont alors montré une solide résilience face à la pandémie. Pourtant, dès le départ, un tel pari n’était pas gagné. Voici l’évolution des cours des cinq actions composant le GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Lire la suite

banque en ligne

Boursorama : que penser du géant de la bourse en ligne ?

Le début de l’année 2019 s’est révélé particulièrement prometteur en bourse. Avec une hausse de plus de 15% depuis le mois de janvier, la CAC 40 continue de rassurer les investisseurs qui se précipitent sur le marché Euronext afin d’y réaliser leurs transactions. Chez les particuliers aussi, l’heure est aux placements financiers. Avec les faibles taux proposés par les livrets d’épargne bancaires (Livret A, PEL, livret jeune…), les particuliers ont tendance à se tourner vers les banques en ligne pour investir leur argent. Lire la suite

Technip logo

TECHNIP – La conjoncture est favorable sur le secteur

Les derniers résultats annoncés par Technip concernent l’exercice 2004 au cours duquel le chiffre d’affaires a progressé de 9,1% à 5,141 milliards d’euros et le résultat opérationnel de 13,6% à 259 millions d’euros.

Le résultat net était positif de 4,7millions d’euros contre une perte de 19,6 millions un an plus tôt et la dette nette a été réduite à 7% des capitaux propres. Lire la suite

logo neopost

NEOPOST: Les derniers résultats annoncés sont supérieurs aux attentes

Neopost a publié un chiffre d’affaires consolidé de 194,5 millions d’euros au premier trimestre 2005, en hausse de 8,9% par rapport au trimestre correspondant 2004.

La hausse du chiffre d’affaires a été essentiellement tirée par le marché nord-américain ( + 9,4% de croissance organique ) et par l’Allemagne ( + 21,4%).

En France, la croissance du chiffre d’affaires s’est limitée à 3,3%. Lire la suite

logo saint gobin

SAINT-GOBAIN: les fondamentaux sont bons et la situation financière saine

Saint-Gobain vient de publier pour le premier semestre un bénéfice net de 632 millions d’euros, en hausse de 13,9% par rapport à la période correspondante 2004.

Le bénéfice d’exploitation est en progression de 4,6% à 1372 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 16,877 milliards d’euros (+7%).

Ces chiffres, qui sont supérieurs aux attentes des analystes, sont obtenus essentiellement grâce à un fort rattrapage du second trimestre. Lire la suite