logo neopost

NEOPOST: Les derniers résultats annoncés sont supérieurs aux attentes

Neopost a publié un chiffre d’affaires consolidé de 194,5 millions d’euros au premier trimestre 2005, en hausse de 8,9% par rapport au trimestre correspondant 2004.

La hausse du chiffre d’affaires a été essentiellement tirée par le marché nord-américain ( + 9,4% de croissance organique ) et par l’Allemagne ( + 21,4%).

En France, la croissance du chiffre d’affaires s’est limitée à 3,3%.

Le groupe a revu en hausse ses prévisions de croissance sur l’année, passant ainsi de 5% à 7% à taux de change et périmètre constants.

Néopost a cependant indiqué que les résultats de premier semestre, mesurés à périmètre et taux de change constants, devraient être meilleurs que ceux du second semestre, compte tenu de la forte croissance enregistrée au cours du second semestre 2004.

Les chiffres et prévisions qui précèdent sont nettement supérieurs aux attentes.

Les nouveaux produits lancés fin 2004 (6 machines à affranchir et 2 plieuses/inséreuses) et le changement de stratégie commerciale, visant notamment à se concentrer sur les segments les plus rentables du marché (milieu et haut de gamme) expliquent cette bonne performance.

La valorisation actuelle du titre est raisonnable compte tenu du profil de croissance de la société, avec un PER 2005 estimé proche de 20.

Néopost est le numéro 2 mondial d’un secteur où il est difficile de pénétrer, ses revenus sont récurrents à 60% ( abonnements, contrats à long terme, etc ) ce qui confère au titre une bonne visibilité.

Nous sommes à conserver pour le moyen terme.

Les derniers chiffres publiés montrent une accélération de la croissance, les objectifs sont revus à la hausse, la valorisation est raisonnable, nous sommes à conserver.

Neopost a annoncé il y a quelques jours une accélération de la croissance de son activité pour le troisième trimestre avec un chiffre d’affaires de 180,8 millions d’euros, en hausse de 3,9% par rapport au trimestre correspondant 2003 ( + 6,8% à périmètre et taux de change constants).

On notera en particulier une croissance renouée en en Allemagne, où les ventes ont grimpé de 10,5% ainsi que hors d’Europe (+19,2%).

Sur l’ensemble des neuf premiers mois de l’année, le groupe a enregistré une progression de son chiffre d’affaires de 1,7% à 551,8 millions d’euros ( + 4,7% en données comparables).

Neopost a révisé à la hausse nos perspectives pour l’ensemble de l’année 2004, comptant maintenant sur une croissance organique annuelle du chiffre d’affaires proche de 5% (contre un précédent objectif un peu supérieur à 4%) et sur une marge opérationnelle de l’ordre de 22,5% ( contre 22% auparavant et 20,7% en 2003).

L’ensemble de ces chiffre est supérieur aux attentes du marché, qui a réagit favorablement à ces annonces.

Le groupe est parvenu à limiter les effets de la faiblesse du dollar en facturant 40% de ses ventes en dollars et en développant sa sous-traitance en Chine.

La valorisation actuelle du titre est raisonnable compte tenu du profil de croissance de la société, avec un PER 2004 estimé à 19.

Néopost bénéficie d’une position de numéro 2 mondial, dans un secteur où il est difficile de pénétrer, et de revenus récurrents à 60% ( abonnements, contrats à long terme, etc ) ce qui donne au titre une certaine valeur défensive.

Nous sommes à conserver pour le moyen terme.

Les résultats 2003 sont en forte progression et la situation financière s’améliore, la valorisation est attractive compte tenu de l’excellente visibilité, nous sommes à renforcer.

Néopost vient de publier un résultat d’exploitation 2003 en progression de 17,2% à 156 millions d’euros.

La marge opérationnelle passe ainsi à 20,7% contre 17,5% en 2002, malgré un léger recul de 0,9% du chiffre d’affaires.

Le résultat net lui augmente de 19,7% à 84 millions d’euros

Ces excellents résultats ont été obtenus en particulier grâce à l’intégration réussie d’Ascom Hasler et à une sous-traitance accrue en Chine.

L’arrêt d’activité de Neopost Online, fortement déficitaire, a également contribué à cette amélioration de la marge ainsi que l’arrivée de nouveaux produits numériques ( Balance Dynamique et SI30).

L’endettement financier net du groupe est passé en un an de 467 millions d’euros à l388 millions d’euros.

Néopost se montre confiant pour 2004 et prévoit une croissance organique de ses ventes ainsi que la poursuite de l’amélioration de sa productivité.

L’objectif est d’atteindre une marge opérationnelle d’au minimum 22% en 2004 quelle que soit l’évolution du dollar

Le groupe devrait poursuivre sa politique de rachat de distributeurs, ce qui devrait avoir un impact positif sur le chiffre d’affaires et sur le résultat.

Le secteur de l’affranchissement postal est loin de la saturation, et progresse actuellement de 3 à 4 % par an.

Il est actuellement dominé par 2 groupes, l’américain Pitney Bowes qui détient 62% du marché mondial et Neopost qui en détient 26%.

La valorisation actuelle du titre ( PER 2004 estimé à 16 ) est particulièrement attractive compte tenu de la bonne visibilité et du profil de croissance de la valeur.

Nous sommes à renforcer pour le moyen terme.

 

Les résultats publiés il y a quelques jours sont nettement supérieurs aux attentes, les perspectives sont encourageantes et la situation financière saine, nous sommes à renforcer.

Neopost a publié il y a quelques jours un bénéfice net de 70 millions d’euros pour son exercice 2002 (clos fin janvier 2003), contre 38 millions d’euros en 2001, soit une progression de 82,9% ( + 52,7% en données proforma)

Ce résultat est nettement supérieur aux prévisions du groupe ( faites pourtant seulement 3 semaines avant ), qui étaient de 65 millions d’euros.

Le bénéfice d’exploitation (EBIT) est en hausse de 59,5% à 133 millions d’euros et la marge d’exploitation de 17,5% ( contre 14,5% en 2001)
Le chiffre d’affaires ( publié le 11 Mars) s’établit à 761 millions d’euros, en hausse de 32,3%.

C’est essentiellement les synergies liées à ses récentes acquisitions ( Ascom Hasler et Stielow ) que Néopost doit ces résultats remarquables.

Le groupe compte d’ailleurs poursuivre ses acquisitions dans les prochaines années, au fur et à mesure des opportunités.

Neopost a décidé de verser pour la première fois un dividende alors que jusque là sa trésorerie était réservée aux acquisitions.

Pour l’exercice 2003, Néopost compte encore améliorer ses résultats “de façon significative” et confirme son objectif d’une marge d’exploitation entre 20 et 22% pour 2004.

La situation financière du groupe est saine et sa valorisation actuelle laisse encore une marge de progression significative sur le moyen terme.

Nous sommes à renforcer pour le moyen terme.