logo saint gobin

SAINT-GOBAIN: les fondamentaux sont bons et la situation financière saine

Saint-Gobain vient de publier pour le premier semestre un bénéfice net de 632 millions d’euros, en hausse de 13,9% par rapport à la période correspondante 2004.

Le bénéfice d’exploitation est en progression de 4,6% à 1372 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 16,877 milliards d’euros (+7%).

Ces chiffres, qui sont supérieurs aux attentes des analystes, sont obtenus essentiellement grâce à un fort rattrapage du second trimestre.

Le titre est actuellement soutenu par la spéculation autour d’une éventuelle offre sur le plâtrier britannique BPB.

Le groupe a également confirmé son objectif” d’une croissance de son bénéfice d’exploitation de 6% en 2005, indiquant cependant que cela impliquait une croissance du résultat d’exploitation de 7,3% pour le second semestre, ce qui semble toutefois ambitieux compte tenu d’une période de comparaison (2004) élevée.

On notera que les litiges en cours liés à l’amiante sont en légère baisse ( 100.000 contre 106.000 au 31 décembre 2004) et que le nombre de plaintes reçues au premier semestre 2005 est de 10.000 environ, en ligne avec celui des deux semestres précédents.

Les fondamentaux et les perspectives restent bons et la valorisation du titre encore raisonnable avec un PER 2005 estimé voisin de 10.

Un des points forts de la valeur est une large diversification des activités et la variété de ses marchés qui la rend assez peu sensible au contexte économique et lui assure une certaine récurrence des revenus.

La situation financière est saine, grâce à un endettement bien maitrisé

Nous sommes à conserver.

Les résultats du premier semestre ( qui seront publiés le 29/7) devraient être dans la lignée de ceux du premier trimestre, satisfaisants, la principale incertitude reste le dossier de l’amiante, nous sommes à conserver au cours actuel.

Saint-Gobain doit publier ses résultats du premier semestre le 29 juillet.

Rappelons que le groupe avait annoncé un chiffre d’affaires consolidé pour le premier trimestre à 7 233 millions d’euros, contre 6 986 millions d’euros au premier trimestre 2003, en augmentation de 3,5% ( + 1,3% à structure comparable, + 5,1% à taux de change constants et structure comparable).

Les prix de vente étant restés stables cette progression était essentiellement due à une progression des volumes de vente.

Il semble d’après les indications données récemment par la direction que cette tendance se soit poursuivie sur le second trimestre, même si elle serait moins nette.

En terme de résultat, le groupe table sur une progression de son résultat d’exploitation comprise entre 4 et 5% à données comparables.

Le dossier de l’amiante aux Etats-Unis reste un des principaux freins à la revalorisation du titre, même si un accord paraît à présent proche sur ce point.

Le nombre de nouvelles plaintes baisse de manière continue depuis un an mais les provisions liées à cette affaire pourraient cependant légèrement augmenter à cause d’un coût plus élevé que prévu des litiges.

Il faut donc rester prudent sur ce dossier, certains analystes restent d’ailleurs pessimistes quant aux termes et aux délais d’un accord.

Le titre est actuellement faiblement valorisé, avec un PER 2005 estimé un peu au dessus de 10.

Nous restons à conserver dans l’attente des chiffres du second trimestre et du dénouement des discussions concernant l’amiante.

Les résultats 2003 sont conformes aux prévisions, l’endettement est en forte baisse et la valorisation reste attractive sur le secteur, nous sommes à conserver.

Saint Gobain vient de publier pour l’exercice 2003 un chiffre d’affaires de 29,59 milliards d’euros en baisse de 2,3% par rapport à 2002.

Hors effet de change et à données comparables ce chiffre est cependant en hausse de 2,5%.

Le résultat d’exploitation est en baisse de 5,4% à 2,442 milliards d’euros ( + 0,1% à structure et taux de change comparables).

Le résultat net s’établit à 1,039 milliard d’euros en très légère baisse de 0,1%.

L’endettement net du groupe est en forte baisse de 19% à 5,7 milliards d’euros.

Pour 2004 Saint Gobain confirme s’attendre à une croissance du résultat d’exploitation supérieure à celle de 2003 à taux de change constants.

L’ensemble des chiffres ci-dessus est conforme aux dernières prévisions publiées fin Janvier.

Le titre, qui avait perdu près de 10% depuis 15 jours a repris plus de 5% à la suite de ces annonces.

Le titre se trouve actuellement peu valisé par rapport au secteur ( PER 2004 estimé à 11 environ ).

Sur l’affaire de l’amiante, le nombre de litiges est en net repli sur le second semestre 2003 ( 14.000 contre 48.000 sur le premier semestre), une provision de 100 millions d’euros ayant été constituée.

Saint-Gobain a récemment réalisé une importante opération de croissance externe (Dahl) mais qui devrait avoir un impact positif sur les résultats dès 2004.

La santé financière du groupe reste excellente malgré cette acquisition et lui laisse encore la possibilité de réaliser d’autres opérations de ce type.

Au cours actuel nous sommes à conserver.

Le chiffre d’affaires qui vient d’être annoncé est satisfaisant, la valorisation attrayante et le risque amiante largement intégré, nous sommes à conserver pour le moyen terme

Saint Gobain vient de publier, pour les neuf premiers mois de l’année, un chiffre d’affaires consolidé de 22,236 milliards d’euros, en baisse de 3,0% par rapport à la même période 2002 ( – 4,6% à périmètre comparable ).

Cette baisse est entièrement due à l’impact négatif de change.

A taux de change constants le chiffre d’affaires progresse de 2,2% à périmètre comparable.

A cause de la hausse de l’euro le résultat d’exploitation et le résultat net de Saint Gobain seront en baisse sur l’ensemble de l’exercice ( ils seront en légère hausse à taux de change constants ).

Les chiffre ci-dessus sont dans l’ensemble satisfaisants compte tenu du contexte général et en particulier de l’effet taux de change défavorable.

Les ventes progressent en volume de 1,1%, grâce en particulier aux Etats-Unis qui enregistrent une croissance organique de +4,9% sur les neuf premiers mois de l’année.

La légère baisse prévue du résultat net ( notamment du fait du prix élevé des matières premières ) est déjà dans les cours.

La situation semble s’améliorer sur le dossier de l’amiante pour lequel on enregistre une baisse sensible du nombre de plaintes aux Etats-Unis ( 2000 par mois actuellement contre le double il y a un an ).

Le risque lié à ce dossier est déjà provisionné et une bonne surprise pourrait même intervenir en cas de création d’un fonds d’indemnisation, actuellement en discussion.

La valorisation du titre est attrayante et son rendement excellent ( plus de 3% ) ce qui limite les risques de baisse.

Nous sommes à conserver pour le moyen terme.

L’année 2003 sera encore difficile, mais les fondamentaux du groupe restent bons, le rendement du titre est élevé et le risque amiante pourrait s’améliorer, nous sommes à conserver.

Les derniers chiffres publiés par Saint-Gobain concernent le chiffre d’affaires consolidé du premier trimestre 2003 qui s’élèvait à 6 986 millions d’euros, contre 7 296 millions d’euros au premier trimestre 2002, soit un recul de 4,2%.

Cette baisse est totalement imputable aux effets de change qui ont eu un impact négatif de 8,2% sur la période, compte tenu, en particulier, de la dépréciation du dollar.

A structure et taux de change comparables, le chiffre d’affaires progresse de 2,6%.

Compte tenu du contexte actuel ces chiffres sont satisfaisants et montrent la capacité de résistance du groupe face à un environnement économique difficile.

Il y a quelques jours la direction de Saint-Gobain a indiqué que le résultat d’exploitation du premier semestre 2003 sera comparable à celui du premier semestre 2002, à taux de change comparable.

Le groupe devrait voir au cours de l’année 2003 une baisse significative de son endettement avec un maintien de l’autofinancement à un niveau élevé.

Mais “2003 sera encore une année difficile”, a estimé le Pdg,

La principale incertitude concernant Saint-Gobain, et qui conditionne l’évolution du titre, réside dans le dossier amiante aux Etats-Unis, mais il semble que le nombre de plaintes se soit stabilisé.

Rappelons que le titre avait perdu 30% de sa valeur à l’annonce il y a un an d’une provision de 100 millions d’euros pour couvrir les litiges relatifs à l’amiante aux Etats-Unis.

Une proposition de loi, qui sera présentée au Sénat, prévoit la création d’un fonds d’indemnisation de l’amiante financé par les assureurs et les sociétés qui font l’objet de poursuites.

Si ce projet était adopté cela constituerait évidemment un élément très favorable pour le titre.

Mis à part cet élément de court terme, les fondamentaux de Saint-Gobain restent excellents.

Le titre bénéficie d’un très bon rendement ( plus de 5% estimé sur 2003 ) qui rend improbable une chute importante et durable de la valeur.

Au cours actuel nous sommes à conserver.

Les derniers résultats publiés montrent une bonne résistance du groupe dans le contexte actuel, le risque amiante est maintenant mieux cerné, la situation financière est saine et la valeur bénéficie d’un bon rendement, nous sommes à accumuler.

Saint-Gobain a publié fin janvier une estimation de ses résultats 2002.

Le groupe a dégagé pour l’exercice un bénéfice net, part du groupe et hors plus-values de cessions de 1,051 milliard d’euros, en très légère baisse de 0,6% sur l’exercice précédent, ce qui est conforme à ses attentes de stabililité.

L’endettement a été réduit de 10% à 7,011 millions d’euros.

Par contre le résultat net part du groupe est en baisse de 8,4%, à 1,039 milliards d’euros et le résultat d’exploitation de 3,7% à 2,581 milliards d’euros.

Ce dernier chiffre est un peu inférieur aux prévisions du marché.

Le chiffre d’affaires est lui quasiment stable à 30,274 milliards d’euros (-0,4%)

Saint-Gobain s’est montré prudent sur ses perspectives 2003, anticipant une faible hausse de son résultat d’exploitation, à condition toutefois que la dotation amiante demeure équivalente à celle de 2002.

Depuis cette publication le titre a repris environ 20%, essentiellement parce que les opérateurs ont pensé que le risque lié a l’amiante avait été quelque peu surestimé.

C’est en effet ce dossier qui a lourdement pénalisé le titre depuis Juillet 2002, date à laquelle le groupe a annoncé une provision à ce titre de 100 millions d’euros.

Il faut rappeler que plus de 60.000 plaintes ont été déposées à ce sujet en 2002.

Malgré ce rebond récent le titre est encore faiblement valorisé à nos yeux.

Le risque amiante est maintenant mieux cerné et son coût est en voie de stabilisation.

Le groupe a prévu la même provision (100 millions d’euros) pour 2003 que pour l’exercice précédent, et il est même possible que cette provision se révèle finalement exagérée du fait de la diminution des plaintes aux Etats-Unis du fait d’une réglementation plus stricte.

Les cours actuels nous semblent donc largement intégrer ce risque.

La situation financière du groupe est saine et son endettement réduit, comme indiqué plus haut.

Le PER estimé pour 2003 est seulement de 9 et le rendement du titre devrait se situer entre 5 et 6%.

Le titre est intéressant dans le contexte actuel car relativement peu sensible aux évènements géopolitiques et peut donc constituer une valeur de fond de portefeuille.

Nous sommes à accumuler dans une optique de moyen/long terme.

 

Les derniers résultats sont inférieurs aux attentes, les prévisions de bénéfice pour 2001 ont été revues à la baisse et l’ année 2002 s’annonce morose, nous sommes à alléger.

Saint Gobain a réalisé pour les neuf premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 22,9 milliards d’euros, en hausse de 7,6% sur l’année dernière.

Ce chiffre est inférieur aux attentes des analystes qui prévoyaient en moyenne une progression de 9%

Le groupe a annoncé en même temps une révision en forte baisse de ses estimations de hausse de son bénéfice pour 2001 : Saint-Gobain prévoit maintenant une progression de 1 à 5% de son résultat net contre 10% auparavant.

Concernant la progression du chiffre d’affaires elle sera principalement la conséquence de la poursuite de la politique d’acquisitions car à périmètre comparable le groupe prévoit une stagnation.

Saint Gobain vient de plus de préciser que le plus bas de son activité aux Etats-Unis ne serait atteint qu’à la fin du premier trimestre 2002 et qu’ensuite la reprise ne sera que modérée à son avis.

En Europe le groupe pense que c’est en Allemagne, un de ses plus importants marchés, que les effets du ralentissement économique se feront le plus ressentir.

Saint Gobain conserve cependant de bons fondamentaux, en particulier une forte capacité d’autofinancement due à une situation financière saine.

Cependant, compte tenu des éléments qui précèdent et du fait que le titre a fait 25 % de mieux que le CAC depuis le début de l’année, nous sommes à alléger pour le moyen terme.

Graphiquement le titre pourrait poursuivre sa consolidation jusqu’à un support situé à 160 euros.

Les indicateurs techniques sont sur une tendance baissière, en particulier les stochastiques.

Seul le passage des 170 euros invaliderait ce scénario à court terme.

 

Objectifs de résultats maintenus pour 2001, valorisation et profil défensif interessants, le titre constitue une bonne valeur de fond de portefeuille dans le contexte actuel.

Saint-Gobain a publié il y a une quinzaine de jours ses résultats du premier semestre 2001.

Le chiffre d’affaires est de 15 286 millions d’euros pour la période, en hausse de 10,9% (+2,6% à taux de change et périmètre constants) et le résultat d’exploitation progresse de 8,3 % à 1377 millions d’euros.

Le résultat net du groupe, de 658 millions d’euros, affiche lui un recul de 24,6%.

Le groupe avait décidé il y a quelques mois d’augmenter ses prix de vente en Amérique du Nord afin de compenser la baisse des ventes, ce qui explique en partie l’augmentation du chiffre d’affaires.

Si on prend la répartition du chiffre d’affaires par branche, on constate que c’est le secteur des produits verriers qui s’est le mieux comporté.

Compte tenu du contexte actuel, nous estimons que ces résultats sont globalement satisfaisants, et le titre a d’ailleurs progressé de plus de 7 % depuis.

Saint-Gobain a maintenu son objectif de croissance annuelle de 10% pour son résultat net.

Nous pensons que le groupe devrait atteindre cet objectif : on a en effet pu constater par le passé que le second semestre est toujours plus fort pour Saint-Gobain que le premier.

Saint-Gobain devrait d’autre part bénéficier de la baisse récente des prix de l’énergie pour ce second semestre.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments nous sommes plutôt à l’achat sur le titre dans un objectif de moyen/long terme, celui-ci présentant à notre avis une valorisation et un profil défensif intéressants dans le contexte actuel.

Les opinions des analystes vont de « conserver » à achat, à l’exception de Merrilll Lynch qui était à alléger, mais c’était juste avant la publication des résultats.
Leurs objectifs de cours varient de 180 à 230 euros.

Graphiquement le titre, après une période de progression récente, semble amorcer une consolidation.
Il semble en effet qu’il ne pourra, compte tenu des indicateurs techniques franchir sur son élan une résistance se trouvant sur 175 euros.
Il pourrait revenir à court terme sur 165 euros avant de repartir et nous conseillons donc d’attendre qu’il approche de ce niveau avant de se placer.